• Chrislène

Keniya : une artiste dans l'âme - danse, aime et crée

Mis à jour : 15 mars 2019

Jean-Talon - #remarkablethursday 17 saison 2


Allô les remarkables, c'est déja le dernier article des #remarkablesthursday de la saison 2, cette saison fut rempli. J'ai eu l'honneur de faire des entrevues vraiment étonnantes, avec des femmes remarquables.


Ce jeudi je termine la saison avec une jeune femme que j’admire beaucoup, la raison pour laquelle je voulais qu’elle soit une #Remarkable était non seulement à cause de son coté provocateur, qui choque, son coté sensible et créatrice, mais surtout parce qu’elle est une militante de l’acceptation corporelle. Je dis qu'elle choque et provoque, car elle suscite parfois l’incompréhension chez certains, car elle a décidé de s'assumer telle qu'elle est et de s'aimer peu importe le jugement des autres.


La société d'aujourd'hui et d'hier reste souvent fermée ou même choquée par ce qui ne rentre pas dans le moule de la conformité, mais il y a tellement de beauté dans la différence.


Je te présente Keniya alias @jean.talon sur les réseaux sociaux. Keniya est une artiste qui propage sur les réseaux sociaux sa joie de vivre, ses peines, ses difficultés, ses obstacles, ses réussites, et ce, avec beaucoup de transparence.


Il y a une citation que j’aime beaucoup : ‘’WE ARE NEVER TOO OLD TO LEARN AND WE ARE NEVER TOO YOUNG TO TEACH’’ et Kenyia nous apprend à nous aimer, à briser les concepts de beautés et à aller au-delà de la perception d’autrui.


Ça fait un petit bout que je la suis sur Instagram et j’ai découvert une jeune femme très très très organique, proche de ses émotions, authentique et vraie et c’est vraiment rafraîchissant de voir une personne comme elle dans l’ère des réseaux sociaux où tout est ‘’parfait’’.

Sans plus tarder si veux en apprendre un peu plus sur Keniya continue de lire.


LRMK : Tout d’abord, merci beaucoup de ta participation dans la grande famille des remarkables. Pour ceux qui ne te connaisse pas, parle-nous un peu de toi qui es-tu?


Keniya Jean : Donc je suis une jeune artiste multidisciplinaire: je danse (hip-hop/waacking), je ‘’acte’’ dans des films, je suis modèle et j’ai récemment commencé à écrire et rapper/chanter. Beaucoup de personnes me connaissent aussi pour mon militantisme jadis imposant concernant les causes féministes/activistes sur les réseaux sociaux.


LRMK : C’est également ton militantisme qui m’a encouragé dans le mouvement ‘’BODY POSITIVITY’’ Tu as débuté une carrière en mannequinat comment tout cela a commencé? Keniya Jean : J’avais commencé par poser comme mannequin dans des projets organisés par mes amis à différentes occasions juste pour le fun, et j’avais vraiment aimé l’expérience, donc j’ai commencé à vouloir le faire plus souvent. Je me suis ensuite renseignée sur les manières de résauter pour trouver plus d’opportunités de shoot en collaboration/échange, et j’ai, depuis ce temps, juste continué à vouloir élargir mon portfolio et expérimenter/tester mes limites jusqu’à tant que ça en devienne un deuxième boulot.


LRMK : Effectivement lorsque l’on se pousse à dépasser nos limites on se découvrir des talents cachés. Tu as brisé beaucoup de barrières de standards de beauté et c’est vraiment impressionnant : tu es pro poils, pro naturel dans le fond tu es PROSELF juste être soi-même sans laisser le monde extérieur altérer qui on est. Comment fais-tu pour ne pas te laisser influencer par les ‘’standards de beauté populaire’’?


Keniya Jean : Donc je pense que j’ai tellement essayé à différentes reprises dans ma vie de ‘’fitter’’ dans tous les milieux/standards sans vraiment m’y retrouver, j’ai fini par me tanner très rapidement et par comprendre que ça ne faisait aucun sens pour moi. De vouloir faire comme tout le monde, mais de ne toujours pas avoir plus d’ami.e.s à la fin de la journée… j’ai compris rapidement que c’était sans but et incroyablement stupide de faire semblant d’être quelqu’un que je n’étais pas. De toute manière, je me sens beaucoup plus à l’aise et mille fois plus confortable en étant moi-même sans jamais devoir me soucier de l’approbation des gens lol! Car la seule approbation dont j’ai besoin est la mienne. Je remarque aussi que plus je grandis, plus je suis fière de la personne que je suis et plus je me fou de ne pas être comme tout le monde. Ça fait tellement du bien et c’est vraiment un sentiment incomparable! Toutefois, je mentirais si je disais que je n’ai jamais été influencée par les standards de beauté populaires encore aujourd’hui, parce que c’est partout. Et en être inspiré.e/influencé.e n’est pas nécessairement une mauvaise chose en soi. Il faut simplement ne pas s’y perdre soi-même, parce que c’est à ce moment qu’on perd notre flamme et notre authenticité.


LRMK : C’est d’ailleurs pourquoi le mouvement selflove est si important et encore plus aujourd’hui où on se compare sans cesse.Tu parles beaucoup de selflove, de body positivity et j’adore, comment as-tu développé ce côté motivateur et positif?


Keniya Jean : Dans le même sens que ma réponse à la question précédente, je dirais que tout ce self-love a commencé par le motif de survie, littéralement. Vivant des situations assez difficiles à la maison et avec ma famille, je ne pouvais pas me permettre de me rajouter le fardeau de vouloir être comme tout le monde à l’extérieur de la maison. Ça en faisait déjà trop sur mon plat à gérer, donc j’ai su alléger le reste de mon existence sur Terre en restant moi-même.

LRMK : ‘’alléger le reste de mon existence sur terre en restant moi-même’’ c’est très bien dit, car le poids de ne pas être soi-même est une pression incroyablement lourde à porter. Le body shaming est très populaire sur les réseaux sociaux en as-tu déjà été victime si oui comment as-tu fais pour passer par-dessus cette négativité?


Keniya Jean : Oui, j’en ai très certainement déjà été victime dans le passé. Je reçois encore aujourd’hui quelques commentaires de body-shaming, mais beaucoup moins qu’avant. Je crois en partie parce que je ne me comporte plus comme une victime de un, et de deux parce que je ne focus plus mes publications sur à quel point je me trouve belle, mais strictement sur du contenu professionnel, à moins que je fasse intentionnellement un post sur le body-positivity. Si jamais il m’arrive aujourd’hui de trouver des commentaires non constructifs/haineux sur mes publications, je vais simplement supprimer le commentaire ou bloquer la personne si ça me tente sans trop me soucier de qui l’a écrit.



LRMK : On sait à quel point les gens peuvent être méchants derrière leur écran d’ordinateur ou de cellulaire, comme tu dis le mieux c’est de les ignorer et de focaliser sur nous et nos projets. Tu es une artiste multidisciplinaire, tu fais également du voging/waaking et j’ai vu tes débuts et tes progrès, depuis quand as-tu commencé le voguing et pourquoi as-tu choisi le voguing?


Keniya Jean : En fait, le style de danse urbaine que je pratique le plus s’appelle le ‘’waacking’’, qui lui est assez souvent confondu avec le voguing, deux styles qui ont été créés pour et par la communauté LGBTQ (quoique je danse un peu de voguing aussi haha). Mais je n’aime pas dire que je suis une vogueuse car je ne pratique pas assez le style pour l’instant pour me considérer une vogueuse fully apart. Par contre, j’ai pris un cour et participé à une compétition de voguing (appelé un ‘’ball’’) pendant que j’étais en Finlande l’année dernière et j’ai vraiment adoré l’expérience —je suis arrivée au top 6, wooh!! C’est donc dans mes plans de très bientôt de poursuivre des cours d’appoint de voguing! Sinon, je danse le waacking depuis 2 ans maintenant. —


Pourquoi j’ai décidé de danser ces styles? Parce que les deux ont une histoire qu’il faut considérer dans laquelle je me reconnais beaucoup : ça remonte au temps des années 70-80 où la communauté LGBTQ qu’on connait aujourd’hui était constituée d’individus qui n’avaient ni le sentiment d’appartenance ni la reconnaissance qu’ils recherchaient étant marginalisés du reste de la société à plusieurs niveaux. Ils/elles ont commencé simplement à danser dans les clubs (pour le waacking) et à créer des ‘’maisons’’ (pour le voguing) où ils pouvaient danser, vivre (littéralement) et être qui ils/elles voulaient sans se sentir jugé.e.s par leurs confrères/consoeurs, car les créateurs de ces danses ont créé ces styles propres à eux, avec leur propre histoire et fondation respectives. Et peu importe leur couleur, sexe, genre, rang social, tous et toutes pouvaient se sentir inclus.e.s et safe au sein de ces communautés de danse.


Et c’est exactement pourquoi je danse ces danses parce que c’est cette ESSENCE d’ACCEPTANCE et de REALNESS que je recherchais également et qui ne se ressent dans aucun autre style de danse. Parce que je sais que je ne serais JAMAIS jugée pour ce que je suis. Je peux alors danser n’importe quel style de danse et transposer ce self-confidence que j’ai acquis avec ces danses, car ces deux styles m’ont appris à m’assumer en tant que personne ce qui fait que j’ai encore moins peur de m’afficher en général maintenant.


LRMK : C’est plus que de la dance, comme tu le dis ça t’a permis de t’afficher et d’assumer qui tu es. C’est déjà la fin de l’entrevue, tu inspires la confiance en soi et l’importance d’être qui nous sommes et de s’accepter tel quel, si tu avais la jeune Keniya devant toi que lui dirais-tu ?


Keniya Jean : De ne jamais abandonner, de toujours croire en moi-même et à tout prix, de toujours prioriser mes besoins/intérêts/désirs avant ceux des autres et d’écouter mes instincts.


LRMK : Pour finaliser Kenyia quels sont tes futurs projets? Keniya Jean : De sortir la musique sur laquelle je travaille depuis un moment, me remettre en forme physiquement et continuer à travailler sur moi-même.

Merci de m’avoir contacté pour cette entrevue et de m’avoir considérée comme une femme remarquable! J’en suis vraiment touchée. Au plaisir :)


LRMK : Ma chère Keniya, j’ai bien hâte de voir ce que l’avenir te réserve, tu es définitivement sur la bonne voie, continue de propager l’amour de soi et la confiance en soi, merci beaucoup pour ta transparence. Tu es une jeune femme engagée l’avenir sera définitivement prometteur, tu as tous les atouts pour cela. Merci!!!!


Contacte Keniya ici :

Facebook

Instagram


Hey les remarkables merci d’avoir lu l’article avec Keniya aujourd’hui, si je veux que tu retiennes une chose de cet article c’est de RESTER SOI-MÊME, c’est vraiment important, car tu es unique et tu es faite tel que tu es pour une raison! BE PROUD OF WHO YOU ARE. Être soi-même c'est un travail de longue haleine et ça commence toujours par soi. Pensez à vous et à votre bonheur. TU EN VAUX LA PEINE!


Une mention spéciale à toutes les 16 remarkables de la saison 2 :

Elizenda, Florence, Saiti, Laurie, Taïna, Aleexe, Lydia, Cindy, Keniya, Tracy, KidCrayola, Reina, Naïla, Melissa, Kim et SophiaT.


Chacune d'entre vous ont contribué à l'épanouissement de plusieurs femmes et à votre façon vous encouragez et motivez, encore une fois MERCI!


Un grand merci à toutes les remarkables de me suivre à chaque jeudi, on se voit en août prochain pour le retour des remarkablesThursday saison 3. En attendant il y aura des articles sur mes coups de coeur beauté, mes ootd (outfit of the day) et sur mes voyages.


See y’all next week : stay remarkable.

Ma page instagram : https://www.instagram.com/laremarkable/

Ma page facebook : https://www.facebook.com/laremarkable/

Mon podcast : https://anchor.fm/laremarkable

Laremarkable  Transparent background.png
@Laremarkable
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Instagram

© 2018 by Chrislène Jean Baptiste​. Proudly created with Wix.com